AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Civilization V

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hairaz



Messages : 20
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 23

MessageSujet: Civilization V   Ven 19 Nov - 17:47

Bonjour à tous,
Comme le forum n'est pas ultra-vivant, je poste ici un second test que j'ai réalisé, celui de Civilization V. Ce test m'a posé un gros problème : soit je devais être très superficiel sur le jeu, et peut-être un peu trop creux, soit je devais partir dans des considérations plus techniques, en risquant d'être un peu trop ... technique. J'ai préféré la seconde solution (même si on ne va pas jusqu'au bout des choses, mais ce serait du suicide), donc à vous de me dire si c'est compréhensible, voire intéressant.
Allez, c'est parti, voilà mon test :



Test : Civilization V

Le sixième élément

Au final, je trouve pas ça aussi étonnant : c’est assez banal et courant, ça nous arrive à tous : il y a des fois, comme ça, où l’on joue deux heures, de 2 h (de l’après-midi) à 4 heures (du matin) … Vous l’aurez compris, l’une des séries les plus chronophages (j’aime ce mot) des jeux de stratégie, créée par Sid Meier (Pirates !, Alpha Centauri), et développée par Firaxis, est de retour : Civilization. Pour notre plus grand plaisir ?

Je dois dire qu’en ce moment, je regarde la barre de Word clignoter, en regrettant d’avoir accepté aveuglément le test de ce Civilization V. Civilization, c’est un jeu assez complexe, et il faut au moins une partie (environ 4 heures, même si cela peut varier beaucoup) pour en comprendre toutes les ficelles. Alors, forcément, vous résumer ca rapidement et simplement, c’est pas forcément facile. Bon, je me lance.

Dans Civilization, vous commencez simplement avec un colon pour fonder une ville, et un guerrier pour la défendre. Petit à petit, vous devrez bâtir un empire, le faire prospérer, et puis aller chatouiller un peu le voisin de temps en temps, histoire de vous étendre encore un peu aux frais de la princesse. Très souvent (à peine quelques centaines de fois par partie), vous serez amené à passer votre tour. Et c’est là que l’on ressent tout le potentiel d’un Civilization : l’excitation qui peut monter à ce moment, quand on sent que l’on va avoir un tour tout neuf à jouer, que l’on parcourt son royaume d’un vaste coup d’œil pour voir ce que les IA ont fait, et que l’on se dit : c’est reparti. Et, autant que je vous le dise tout de suite : la formule, qui n’a pas changé depuis le premier épisode en 1993, marche toujours aussi bien.

Foutue simplification !
C’est étonnant que je sois si élogieux, parce qu’après avoir joué quelques heures à Civilization V, j’ai fait un tour sur les forums des fans de Civilization (les vrais), où tout le monde postait ses premières impressions, et ils étaient presque tous unanimes : Civilization V, c’est moins bien que le IV. Est-ce du simple conservatisme de vieux geeks de quarante ans réfractaires à toute innovation ?

Pas vraiment. En fait, on remarque très vite, en jouant à Civilization V, que tout a été simplifié. Interface grandement clarifiée, plus ergonomique (au moins, on n’a plus l’impression constante que l’on joue en 800*600 tellement les boutons sont gros), menus réduits au minimum, apparition des conseillers (utiles pour les débutants, mais que l’on désactivera très vite), etc. Justement, les menus : même si ils sont très beaux, clairs et simples, on se rend vite compte que certaines fonctionnalités ont totalement disparu : pour créer vos propres cartes, il faudra passer par le SDK (téléchargeable gratuitement sur Steam). On note aussi une disparition du chat global à toutes les personnes en attente d’une partie multijoueur, alors que l’on se fait souvent kicker des parties si l’on débarque sans prévenir : on fera donc souvent au préalable un petit tour sur Teamspeak, sauf si on a beaucoup d’amis sur Steam. Justement, Steam, c’est ce qui sauve le multi de Civilization V : sans lui, il serait quasiment impossible de retrouver un partie d’un ami à travers la jungle hostile des lobbys. L’ergonomie des menus, ce n’est donc pas forcément le point fort du dernier opus de la série de Sid Meier … Mais nous verrons qu’il a d’autres atours pour nous séduire.

Foutue centralisation !
Dans Civilization IV, il y avait plusieurs données à gérer ville par ville, comme le bonheur ou la culture. Justement, désormais, bonheur et culture seront plus centralisés. Le premier est une valeur unique pour tout le pays : du malheur réduira votre production et la croissance de vos villes, mais le bonheur peut être amené grâce à différents aménagements. Il est donc forcément plus facile de gérer un bonheur global que de devoir jongler avec celui de chaque ville, même si désormais le malheur généré par les cités conquises en temps de guerre affectera la totalité de votre empire.

La culture, elle, acquiert un nouveau rôle. Dans Civi IV, chaque ville produisait de la culture, et quand vous atteigniez un certain palier, la zone d’influence de la ville s’agrandissait : c’était le principe des « frontières culturelles ». La culture sert toujours à agrandir la zone d’influence d’une ville, mais désormais, vous pouvez aussi acheter des nouvelles cases d’influence avec de l’or. Cependant, la culture ne perd pas en utilité : en effet, le total de la culture produite sur votre territoire vous permettra, quand elle atteindra certains paliers, de débloquer des doctrines. Chacune de celles-ci vous octroie un bonus différent (accélération du travail des ouvriers, bonus de bonheur, etc.). Elles étaient déjà présentes auparavant, demandaient un entretien en or plus ou moins important à chaque tour : même si l’orientation doctrinale reste très importante dans une partie, leur rôle diffère puisque l’on ne peut plus changer de doctrine comme de chemises.

Foutue guerre !
Les cartes de Civilization sont divisées en cases (comme tout jeu de stratégie). L’une des nouveautés majeures du dernier opus de la série, c’est que ces cases, carrées auparavant, deviennent … des hexagones. Vous attendez peut-être de moi que je fasse une analyse complète des tenants et des aboutissants de ce changement, mais je dois vous avouer que c’est assez peu sensible (je sens déjà les dents des fans se planter dans ma gorge …). En revanche, il est vrai que ce changement géométrique accompagne une des grandes évolutions de Civilization V : la guerre.

La guerre, avant, dans Civilization, ca se résumait à empiler une centaine d’unités sur une seule case, et à les faire attaquer toutes en même temps. Il y avait un léger aspect stratégique (certaines unités étaient plus fortes sur terrain dégagé, on avait un malus si on devait traverser un fleuve, mais au final rien de bien transcendant). Désormais, les « piles de la mort », comme on les appelait poétiquement, vous en conviendrez , c’est fini : on n’a le droit qu’à une seule unité par case. Ca surprendra surement les habitués au début, mais c’est vrai que l’on découvre un aspect stratégique à ce Civilization V : prendre l’ennemi par derrière, tuer une unité ennemie sans prendre de dégât ou raser une ville en un tour procurera une réelle satisfaction à tout joueur patient.

Ce grand changement accompagné d’une prise d’importance des unités de combat à distance et de villes capables de se défendre elle-même font du système guerrier de Civilization V une belle ébauche au niveau de la stratégie de guerre. Ce n’est pas Starcraft 2, mais ca suffira à mettre un certain piment dans vos combats.

Foutue diplomatie !
Après la guerre, la paix. La diplomatie a été elle aussi grandement revue dans ce dernière itération de la saga de Firaxis Games. Tout d’abord avec la disparition des religions, l’un des éléments de la diplomatie de Civi IV, qui pouvait se révéler décisif, mais à qui on pouvait reprocher d’être assez confuse et compliquée à maîtriser. Cependant, un (élément de diplomatie) perdu, dix de retrouvés !

Première nouveauté : l’apparition des cités-états. On ne peut pas discuter directement avec celles-ci, juste leur faire des offrandes (or, unités) pour être amis avec elles, et elles nous feront alors des demandes qu’il faudra satisfaire pour garder leur amitié, en échange de quoi elles nous fourniront fréquemment des unités assez avancées. On se rend très vite compte que celles-ci pèsent beaucoup dans la diplomatie, et que c’est un nouvel élément à gérer pour rester en de bons termes avec les grands de ce monde.

Seconde nouveauté : une refonte complète de l’interface de diplomatie. Désormais, on voit les dirigeants en plein écran, mais on ne peut plus connaître leur sentiments pour nous simplement en passant la souris sur leur nom (même si on les comprend très vite au ton sur lequel ils nous parlent). On a aussi droit à de nouvelles options : former des pactes secrets contre certains joueurs ou conclure des accords d’entraide ou de recherche (qui remplacent les échanges de technologie). Ces nouvelles fonctionnalités, pas forcément très utiles dans l’absolu, permettent néanmoins de nouer des liens facilement avec les autres chefs d’état, et pour en avoir fait l’expérience, je ne vous conseille pas de trahir l’un de ces pactes, même secret : c’est en général assez mal vu.

Enfin, un dernier mot de l’ambiance générale du jeu. On voit dès le menu principal que Civi 5 nous propose de vivre une grande aventure, que nous écrirons nous-mêmes. Cette ambiance se tient d’un bout à l’autre, avec les chefs d’états en plein écran, la musique d’ouverture du jeu qui n’arrivera jamais au niveau de celle du IV, et des graphismes simples mais qui au final sont assez proches de la réalité (en n’y regardant pas trop près évidemment). Ca marche … plus ou moins. Ce n’est simplement pas comme ca que je vois Civilization. Civilization, c’est un jeu ou l’on s’amuse à essayer des choses, faire des choix différents, et s’amuser à voir et à gérer les conséquences.

Si on décortique vraiment chaque nouveauté de Civilization V, ce qui serait un peu technique et long pour le faire ici, on oscille souvent entre y voir un désir de simplification du jeu, d’ouverture à un public plus large, mais aussi de perte d’intérêt, et de l’autre côté celui d’enlever certains concepts compliqués à gérer et assez confus par d’autres plus simples mais clairs. Simplification ou clarification ? A vous de juger si vous êtes déjà mordu de Civilization. Si ce n’est pas le cas, je ne saurais que vous recommander vivement cette excellente série, notamment à travers cet opus, simple à prendre en main et assez profond pour vous accrocher plusieurs dizaines d’heures à votre écran.

Note générale : 16 / 20
Hairaz
Revenir en haut Aller en bas
FoliGamer

avatar


Messages : 26
Date d'inscription : 08/11/2010

MessageSujet: Re: Civilization V   Dim 21 Nov - 11:24

Hairaz ton test est là aussi pas mal.Juste un petit truc quand même, pourrait tu juste faire des notes à part et la moyenne à la fin:
graphismes
durée de vie
jouabilitée
Où tu y rajouteras un bref résumé sur tes choix ainsi que la note générale.
Et aussi, si tu veux plus d'avis, passe une fois sur un autre site comme par exemple gameblog où tu postes ton test, car t'aura plus de réponses là bas.
autrement, moi je le trouve complet et sympa à lire
Revenir en haut Aller en bas
hairaz



Messages : 20
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Civilization V   Dim 21 Nov - 11:58

En fait, je ne sais pas exactement sur quels critères mettre une note spéciale. Si je prends les tiens :

Graphismes : 14/20. Le jeu est beau, l'interface est claire, l'ambiance se tient d'un bout à l'autre : on est satisfait de ce côté-là.

Jouabilité : 16/20. Civilization V est moins complexe que ses prédécesseurs, plus accessible, mais ce qu'il perd de stratégie avec la disparition des religions, la centralisation, etc., il le regagne avec les cités-états et l'évolution des combats.

Durée de vie : 18/20. Forcément, c'est le point fort des Civilization : une fois que l'on s'est lancé dans un partie, on a du mal à décrocher de son écran, et le syndrôme du tour suivant marche toujours aussi bien.

Celui qui me gêne le plus, c'est la durée de vie : il y a beaucoup de jeux somme toute assez courts mais excellents pour autant. Je pense qu'"intêret" serait plus précis.
Revenir en haut Aller en bas
FoliGamer

avatar


Messages : 26
Date d'inscription : 08/11/2010

MessageSujet: Re: Civilization V   Dim 21 Nov - 12:03

dans ce cas, met intérêts ^^
Revenir en haut Aller en bas
hairaz



Messages : 20
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Civilization V   Dim 21 Nov - 12:09

De toute façon, c'est pas super-important ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Civilization V   

Revenir en haut Aller en bas
 

Civilization V

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Civilization, le JdP
» CIVILIZATION: The Expansion Project
» CR 03/02/2012 Civilization
» CR 09/12/11 Civilization
» Civilization V

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Consoles & Jeux :: Actualité :: PC-